Le dessin Guéri-soeurs

Le dessin guéri-Soeurs

 

La  méthode

  • Elle repose sur la transformation d’un dessin d’origine que l’on interprète,
  • puis que l’on modifie en découpant les parties négatives qui sont brulées lors d’un rituel.
  • Ensuite on remplace ces éléments par de nouveaux dessins symboliques positifs.

 

Tout ce processus apporte un nettoyage des mémoires émotionnelles et favorise la guérison et la transformation personnelle.

Elle nous montre comment élaborer notre dessin et comment le « soigner« .

 

Ces sous-personnalités négatives  font parties de notre inconscient et interviennent dans nos vies à notre insu pour saboter certains moments particuliers.

Le travail sur nos parties ombres est un travail vraiment intéressant et valorisant.  Car derrière chaque personnage négatif se cache sa partie lumineuse qui peut nous apporter beaucoup de bonheur et de joie pour peu que l’on sache la découvrir et lui redonner une place de choix dans notre vie.

c’est  Marie Odile Brêthes qui a créé cette méthode du Dessin Guérisseur en synthétisant l’art thérapie et la psycho synthèse.

 

Variante

1er temps  Thérapeutique

Faire un arbre. Cet arbre représente notre vie.

Début jusqu’à maintenant  dans l’ordre chronologique

  • Racine : passée, enfance
  • Troncs : les difficultés, souffrance, projets, familles, sentiments
  • Les feuilles, les fruits : les évènements.

 

Retracer les éléments forts de sa vie, souvenirs, petit ou grands chagrins….

de manière symbolique (Object, couleurs, gribouillages)

 

ou Travail /coaching

On peut y inscrire le projet. Trouver Sa place et mieux se connaitre.

Ecrire son projet (de vie, de travail, famille) ou je vais. En haut de la feuille

Dessiner son arbre avec son trajet de vie en partant du début de vie (racines) et la progression avec les évènements ou sensation marquantes jusqu’aux feuilles.

 

2eme temps : analyse

En silence : analyser son propre dessin, la forme globale, le choix des couleurs, l’équilibre….

 

3eme temps Pour guérir :

Guérir chaque blessure : avec une couleur, un mot, un collage, un dessin, l’enlever.

Prendre le temps de le faire en conscience. Le dessin doit être fait le plus lentement possible. Avec l’intention de faire du bien au dessin, de dialoguer avec lui.